8 commentaires

Au fil de Lods: entre village de charme et peur du vide

Vous le saviez, vous, qu’en France on a une carte des plus beaux villages? Moi non. Jusqu’à ce que je découvre Lods, un petit village dans les Montagnes du Jura qui est classé comme l’un des plus beaux villages de France. Ils sont environ 150 sur la liste tout de même, Lods est dans le lot (OK, jeu de mots horrible)! On a eu l’occasion d’y séjourner avec la copine Sarah le temps de ce beau weekend dans les Montagnes du Jura.

On a séjourné chez Annick et Christophe (je vous en parle un peu plus bas dans l’article), fait de la spéléo (pareil), vécu des émotions fortes (c’est rien de le dire!) et puis on a visité ce beau village. On s’est baladé dans les ruelles, le village est vraiment chouette, des petits trucs sympas à chaque recoins, une ou deux galeries d’art, des petits jardins et puis sans oublier la Vallée de la Loue avec sa belle rivière qui le traverse. On a beau être à la fin de l’hiver, le village est charmant. On voit le printemps qui pointe le bout de son nez par-ci par-là avec de jolies fleurs. Dans la rivière, l’eau est si claire que l’on voit les poissons, enfin les truites, il s’agit d’une réserve de pêche. Je vous laisse découvrir par vous-même avec quelques photos…

 

 

 

 

Je vous mentionnais un peu plus tôt dans cet article la maison d’Annick et Christophe où l’on a séjourné avec Sarah pour notre deuxième soirée dans les Montagnes du Jura. La maison est charmante, on s’y sent chez soi, très simple et chaleureuse. Les chambres y sont joliment décorées, la maison au bord de la Loue (d’où le Au fil de Lods, petit jeu de mots), une jolie vue sur la vallée et le village, rien de mieux pour se relaxer le temps d’un weekend!

Et puis parlons sérieusement, parlons petit-déjeuner (parce que c’est mon moment préféré de la journée)! Annick, elle sait préparer le petit-déjeuner juste comme il faut. Le café/thé, les croissants, le pain et confitures, le fromage, les fruits et yaourts… et j’en passe! Le parfait petit déj’ pour bien commencer sa journée! Et puis il y a aussi Chaussette, la petite minette à moustaches qui a tournée dans un film de  Benoît Poelvoorde (si ça c’est pas la classe!)!  Il y a aussi Yorgos, le fils d’Annick qui tient un blog de voyage avec sa copine Virginie, on ne les a pas rencontrés lors de notre séjour, mais vous pouvez suivre leur projet de tour du monde à vélo sur leur blog Les Miscellanées des tribulations de l’Odysée des Louloutins en Anatolie (rien que ça!). Bref, Au fil de Lods, c’est un chouette coin!

Dans le titre de l’article, je vous parle de peur du vide. Vous devez vous demander ce que ça à voir ou à faire avec le village de charme. Et bien figurez-vous qu’avec Sarah, on a testé la spéléologie à Lods! On avait rendez-vous avec Guy de Noa Guides à Lods cette soirée, d’où l’on aller partir pour une soirée fortes en émotions et sensations (ça, on ne le savait pas encore!). J’avais déjà fais de la spéléo en Islande quelques années auparavant, mais c’était plutôt intense! Je m’étais donc dit que dans les Montagnes du Jura, ce ne serait pas aussi fou. Erreur.

Nous avons explorés la cave des Faux-Monnayeurs. 400 mètres de profondeur, jusque là rien de bien folichon. On s’est bien marré à escalader de gros rocher, se faufiler entre deux murs. Je dois l’avouer, j’ai failli faire demi-tour à un certain point. Quand entre deux murs j’ai commencé à me sentir à l’étroit et à ne plus voir ni derrière ni devant, là je me suis dit, « c’est mort, tu ne passeras pas, tu vas rester coincer, ALERTE FAIS DEMI-TOUR!!! ». Puis on est ressorti car ce n’était pas le bon chemin dans la grotte. Alors on a continué malgré ma soudaine claustrophobie. Que d’ailleurs je n’avais jamais soupçonnée. Maintenant je le sais! L’espace dans la grotte est plutôt grand, rien de très extrême, Guy nous a expliqué qu’il fait ce parcours avec des enfants, des groupes scolaires. Il nous laisse passer devant lui, voir où notre instinct nous dis d’aller, on apprend pleins de choses en faisant ça en fin de compte, plutôt que de le suivre.

Arrivés au fond de la grotte, on a pris un instant, on s’est assis, puis on a tous les trois éteint nos lampes frontales. On a alors discuté, Guy nous a raconté pleins de choses sur la grotte et la spéléologie en général, on s’est reposé puis on a écouté le silence. On a scruté le noir complet. Puis on a repris le chemin du retour, cette fois-ci par un autre côté. On est ressorti… en haut de la montagne. En haut, une seule issue, descendre en rappel. DESCENDRE EN RAPPEL???!!! Attends, mais je n’ai jamais fait ça moi!!! Puis c’est super haut, 30 mètres!!! Bordel. Bon, avant de passer aux choses sérieuses, on s’est installé à l’entrée de la grotte, puis on s’est fait une fondue (normal), histoire de caler nos estomacs puis de passer un moment sympa à discuter, tout en mangeant local et dans une grotte du coin! Fromage, vin blanc et chocolat, c’est parti mon kiki comme on dit et nous voilà en tailleur à se régaler et à boire un petit coup. Enfin, Sarah et Guy, eux ils se régalaient, pendant que moi tout au fond de moi entre chaque morceau de pain et de fromage, je me rongeais les ongles pour la descente qui allait suivre. Même le vin blanc n’y a rien fait, j’avais la trouille de ma vie. Je n’ai pas le vertige (enfin ça c’est ce que je croyais aussi!), mais c’était quand même haut.

Entre cette fondue et la descente, la nuit est tombée. On aperçois d’en haut les lumières du village de Lods. Il ne fait pas froid, on a des combinaisons, puis on est bien habillé en dessous. Puis quand tu stresses, tu n’as pas froid. Troisième constats après la claustrophobie et le vertige. Nous voilà donc attachés, Sarah y va en première. Elle n’a pas peur, c’est une véritable guerrière! Elle m’impressionne je dois dire. Elle n’a pas hésité un instant. La voilà qui descend en rappel et dans le noir total qui plus est de cette falaise. Finalement, le fait qu’il fasse noir me va bien. Je ne vois pas le bas de la falaise et c’est tant mieux. Elle descend, et moi derrière le guide qui surveille les cordes, je me dis que ce n’est pas possible, JE NE PEUX PAS FAIRE CA!!! « Je redescend par la grotte, tant pis si c’est plus long », me suis-je dit. Mais si je ne le fais pas, je sais que je vais le regretter. Alors Guy me propose que l’on descendent à deux en même temps. Chacun sur une corde, mais en même temps. Çà me rassure déjà un peu. On s’attache, et on est parti. Je descend cette falaise, je n’y crois pas!!! Sarah est en bas, elle fais des photos et me cri « ça va Vio??? ». Je gère, je descend tranquillement, finalement le stress est passé, c’était le début, en haut, qui faisait peur. La peur de sauter. Mais voilà, je suis en bas, et tout va bien. Je l’ai fais!

—-

Nous avons eu l’opportunité de vivre ce weekend grâce à un partenariat avec les Montagnes du Jura, que nous remercions chaleureusement. Le choix des sujets évoqués et des illustrations sur le blog reste cependant entièrement nôtre.

8 commentaires

  1. Encore une fois Violaine BRAVO pour ton courage ! Comme le guide l’a dit : en temps normal il ne fait jamais descendre cette falaise à des débutants… C’est grace à vous deux que j’ai trouvé le courage de le faire (et puis au pire on meurt)

  2. Et oui moi je savais pour les plus beaux villages de France, j’en ai visité quelques uns depuis que je suis en Auvergne car je logeais dans l’un d’eux pendant quelques mois. En tous cas Lods à l’air très joli effectivement !

    Félicitations pour avoir surmonter ta peur, une bien jolie expérience que tu comptes parmi d’autre maintenant 🙂

  3. Pingback: Longs Courriers | Blog voyage

  4. Pingback: Montagnes du Jura, coups de cœur et bonnes adresses

  5. Pingback: Grande roue et gourmandise à St-Raphaël - Vio' Vadrouille

  6. Pingback: Carnet de bord d'un voyage en Dalmatie Centrale #2 - Vio' Vadrouille

  7. Pingback: 2 jours nature en Haute-Loire! - Vio' Vadrouille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *