10 commentaires

Belfast, Brexit et 12 juillet

Je présente un article un peu particulier aujourd’hui. Un article qui ne se veut en rien un cours d’histoire mais plutôt une petite explication de ce que ce jour représente en Irlande du Nord.

Brexit inside

Vendredi 24 juin, 7h20. L’ambiance est lourde ce matin. Assise à mon arrêt de bus, je regarde les gens passer. Je retrouve ceux qui sont assis là avec moi chaque matin aussi, ceux qui prennent le même bus que moi depuis des mois pour se rendre dans le Titanic Quarter au bureau et je me demande pour quelle option ils ont votés, quel avenir ils ont choisi pour leur pays. L’ambiance qui règne au centre-ville est différente ce matin. Le Royaume-Uni vient de voter en effet, ils demandent le divorce. Ciao, l’UE. Pourtant le drapeau de l’Union Européenne flotte bel et bien dans les airs sur le portail du City Hall. En effet, les Irlandais du Nord ont voté à 55,6% pour rester dans l’UE.

Parce que bien des personnes m’ont posé la question, et bien ici, rien n’a changé pour le moment et on ne sait pas ce qu’il va se passer. Les esprits s’échauffent bien sûr, on se demande tous ce que l’avenir de l’Irlande du Nord nous réserve, en espérant qu’elle ne soit pas reprise dans le tourbillon infernal des conflits religieux. C’est l’éternel combat qui règne en Irlande du Nord depuis déjà bien des années, même sans le Brexit. Il ne vient que s’ajouter aux tourments habituels, aux conflits non résolu qui hantent encore certains esprits chaque année, le 12 juillet.

Contexte d’une journée amer

Le 12 juillet, c’est un peu « la journée la plus dangereuse à Belfast ». Enfin bon, tout est relatif. Quand on est prudent et qu’on n’attaque personne, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Le 12 juillet est certes un jour conflictuel, Belfast n’en reste pas moins une capitale dynamique et émergeante qu’il serait dommage de manquer en Europe. Hormis ce jour du calendrier, la capitale est tout à fait sure.

Vous avez d’ailleurs probablement déjà entendu parler de ce jour fatidique à Belfast. Quand on entend Belfast en Europe, c’est surtout à ses conflits que l’on pense. Il faut dire que son rattachement au Royaume-Uni, que la fin de ses durs conflits est encore jeune, depuis 1920 seulement.

Le 12 juillet, c’est un jour un peu particulier dans la capitale. Pendant qu’une partie de la population célèbre (les protestants), l’autre partie (les catholiques) reste terrée chez elle avec ce gout amer au fond de la bouche et observera au loin la lueur des flammes des « bonfires » qui rougiront le ciel.

Mais alors qu’est-ce-que le 12 juillet représente et pourquoi est-il si difficile chaque année pour la ville ? Retour sur ce jour en quelques points faciles à retenir.

*Le 12 juillet représente la date des commémorations de la bataille de la Boyne, c’est-à-dire lorsque Guillaume d’Orange a vaincu l’armée de Jacques II le catholique en 1690;
*Pendant des centaines d’années après cette bataille, les catholiques ont été les cibles de nombreuses attaques et discriminations venant des protestants;
*La communauté catholique est, elle favorable au rattachement de l’Irlande du Nord à la République d’Irlande (pour une Irlande réunie);
*La communauté protestante est, elle fidèle au Royaume-Uni;
*À Belfast, la ville est encore partagée: à l’est les protestants, à l’ouest les catholiques. Le nord et le sud eux sont plus ou moins neutres.

Rancœur et festivités en ville

Pour « fêter » ce 12 juillet, la communauté protestante se rassemble pour construire des tas de palettes de bois géantes ornés de tout et de rien. Ils y ajouteront des photos, des objets, le drapeau irlandais même. Ces « bonfires » seront enflammés à minuit le 11 juillet au soir chaque année, mettant à risque souvent les habitations malheureusement. Ce qui me choque personnellement, c’est de voir ces buchers construit par des adolescents, parfois même des enfants. Au fond, comprennent-ils seulement ce que cela représente? S’ils savaient, entretiendraient-ils cette haine encore aujourd’hui en 2016?

Puis, le lendemain vient l’Orange Fest, la parade durant laquelle on vient y voir défiler les flute-bands protestants de Belfast. Sourires sur les visages, bières à la main, on est loin du compte si l’on ne connait rien du contexte. Nul ne se douterait de toute l’amertume et de la rancœur derrière certains sourires durant cette parade ou seuls les protestants sont conviés.

Les questions qui demeurent aujourd’hui sont: à quand une parade main dans la main qui réunira les deux communautés et à quand la disparition des murs qui séparent encore certains  quartiers protestants et catholiques en ville?

Visiblement on en est encore loin, le Brexit n’ayant fait que ranimer cette tension belliqueuse.

Cet article se veut sans trop de photos car je n’ai pas souhaité m’aventurer durant la parade aujourd’hui. Cet article ne reflète aucune opinion politique ou religieuse et n’est qu’à titre d’information pour ceux et celles qui souhaiteraient en savoir plus sur la situation de Belfast lors de ces événements. 

10 commentaires

  1. je suis ému, bel article bien représentatif d’une certaine stupeur et inquiétude , une forme d’abandon , de détachement , une indifférence , une perte d’identité et de reconnaissance au sein de l’Europe

    • Violaine dit

      Merci Pascal! C’est un sujet un peu compliqué en ce moment… espérons que cette situation se règle au plus vite sans dégats…!

  2. Très intéressant comme article et instructif. J’ai été assez surprise par les résultats du Brexit en Irlande du Nord et surtout par les envies de rapprochement de certains Irlandais, ton article m’a beaucoup éclairé.
    Je pense que la situation a laissé tout le monde un peu stupéfait, comme hébété par le choix des Britanniques. En tant que pro Européenne, je n’ai pas très bien comment prendre la chose. Mais qui vivra, verra…

    • Violaine dit

      En effet, le sujet est encore un peu flou par ici. Je suis contente si cet article a pu t’éclairer sur le sujet. Merci pour ton commentaire Tiphaine! 🙂

  3. je suis Guide touristique en Irlande , j’ai beaucoup d’amis irlandais du Nord ou du Sud , en ce qui concerne ceux du Nord , ils ne savent plus du tout sur quel pied dansé , ce qui est inquiétant pour un irlandais , ils se demandent si ils ne doivent pas prendre les devants et s’orienter vers le Sud et demander un Passeport

    • Violaine dit

      Oui, je comprend bien! C’est exactement ca, ici beaucoup sont en train d’appliquer pour un passeport irlandais au cas ou. Mais bon, je ne pense que ce soit une solution… à voir avec le temps! 🙁

    • Violaine dit

      Merci Ophélie! Oui, c’est un peu confus pour tout le monde cette histoire alors j’ai essayé de l’éclaircir au mieux 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *