6 commentaires

Portraits jersiais: à la rencontre des locaux

Jersey m’a surprise. Quelle découverte cette ile! Une ile petite au charme fou, des paysages sublimes, un air d’Irlande et de France à la fois. En fait jersey m’a rappelé ces deux pays: les noms de rues français partout m’ont rappelé mon cher pays et les paysages côtiers sauvages eux me faisaient penser à l’Irlande.

.

Mais ce qui m’a frappé surtout à Jersey, ce sont les gens. Une gentillesse incroyable qui m’a définitivement rappelée la chaleur des irlandais. Pendant ce séjour, en plus d’admirer les paysages poétiques de l’ile, je suis partie à la rencontre des locaux et des artisans. Ces gens qui font Jersey, qui font de cette ile un endroit créatif, vivant et surtout paisible. Rencontres.

.

VICKY, du frais sur le port de St-Hélier

Vicky, c’est tout un personnage. D’ailleurs quand j’ai parlé d’elle sur l’ile à d’autres artisans, c’est ce qui en est ressorti aussi: sa gentillesse et sa joie de vivre.

Un grand sourire sur le visage et voilà qu’elle m’accueille à son épicerie sur le port de St-Hélier. Niché sur le Victoria Pier, son étale donne clairement envie. Poisson frais du jour, légumes et fruits du coin, produits régionaux, vol-au-vent maison, coquille St-Jacques… chez Vicky tout est local et cueilli/pêché le matin même. Frais et authentique, voilà sa devise!

Son épicerie, c’est une passion qu’elle exerce depuis maintenant 18 ans avec son frère Louis. Autrefois pêcheur, Louis a contracté une maladie de l’oreille qui entraina des soucis d’équilibre par la suite. Ne pouvant plus partir en mer, il a décidé d’ouvrir cette épicerie fine sur le port avec sa sœur. Depuis, ça cartonne. Leur étale ouvre aux aurores chaque jours (5h durant l’été, 7h le reste de l’année), et c’est le matin très tôt que les gens se ruent pour y acheter les meilleurs produits.

Ce qui a attiré ma curiosité, c’est l’étale de homards. Par dizaine, bien rouges et bien frais. Vicky me raconte que les homards et les crabes sont très présents autour de l’ile et que c’est l’un des produits principaux de la pêche locale. Elle approvisionne d’ailleurs plusieurs des meilleurs restaurants de l’ile avec ses produits!

Le saviez-vous?

*On pêche le homard toute l’année à Jersey, mais c’est en hiver que l’on en trouve le plus alors que c’est l’été qu’ils sont le plus dégustés ;
*On distingue les males des femelles aux pinces et aux corps: les males ont les pinces plus larges et les femelles le corps plus large ;
*Jersey produit également du Sel de Jersey et du ketchup local –Heinz n’a clairement pas sa place ici-!

PS: si j’avais pu, je me serai bien ramener un homard! Mais bon dans la valoche, pas sûr que la compagnie aérienne apprécie… .


Vicky
The Fresh Fish Company
Unit 5 Victoria Pier, St Helier JE2 3NB

ANNE & SHELLY, le caramel made in Jersey

Anne et Shelly, c’est une belle équipe, un duo de mamans toujours occupées avec dix mille projets sur le feu. Néo-zélandaise et anglaise, toutes deux sont arrivées sur Jersey il y a bien des années avec en tête de trouver un emploi qui leur plairait.

Anne a tenu un restaurant pendant plusieurs années à Gorey village sur l’ile puis s’est rendu compte que la restauration prenait trop de temps pour qu’elle puisse s’occuper de sa famille. Elle a donc décidé de lancer un business avec son amie Shelly, un business grâce auquel elles pourraient gérer leur temps mais aussi mettre en avant leur créativité: La Crémière.

Après une sérieuse étude du marché, il était clair que Jersey a du potentiel mais ne l’a pas encore totalement exploité: on y fait du beurre noir, de la crème, du sel… et si on en faisait du caramel? Avec un peu d’inspiration bretonne, Anne et Shelly se lancent alors dans la création d’une sauce au caramel beurre salé 100% locale, made in Jersey. Un ingrédient qui se veut à la fois authentique, local et délicieux. Un ingrédient qu’elles déclineront par la suite saveur café et romarin… et qui fait fureur!

La sauce est rapidement devenue un succès auprès des touristes qui en ramène plein les valises, mais aussi du côté des locaux, des restaurateurs et… des anglais! On peut retrouver la sauce jersiaise dans quelques boutiques en Angleterre mais aussi dans le dernier magazine de Jamie Oliver 🙂 La classe.

J’ai rencontré Anne de bon matin, chez elle. Oui, elle tient son business depuis sa jolie maison à Gorey et s’est aménagée une pièce où elle s’occupe de chaque petite bouteille et les étiquette avec son logo (une petite vache, mais pas m’importe laquelle, c’est la vache de Jersey, réputée pour sa beauté!) et la marque de l’association Genuine Jersey dont elle fait partie, et qui prouve l’authenticité des produits locaux.

Pour le moment, La Crémière propose trois déclinaisons de leur fameuse sauce au caramel mais elles espèrent, dans un futur proche, pouvoir sortir de nouveaux produits pour leur marque. Affaire à suivre donc…


Anne & Shelly
La Crémière
Union Road. Grouville JE3 9ER

Crédit Photo @LaCrémière

TYRONE, passion et pommes de terre au rendez-vous

J’ai tourné dans le coin pendant un moment, j’ai demandé mon chemin à quatre ou cinq personnes. Le Feuvre Farm, tout le monde connait, c’est bien ici! Je cherche alors Tyrone, que tout le monde connait aussi d’ailleurs. Il est en bas m’a-t-on dit, quelques rues plus loin à la ferme principale.

Je l’ai vu approcher et j’ai était un peu surprise. Je m’attendais à un « vieux » monsieur, en combinaison verte kaki, les cheveux grisonnant. C’est marrant les clichés qu’on peut avoir en tête me suis-je dit à ce moment-là. Mais non, Tyrone, il a la vingtaine (enfin je crois), les cheveux blonds et… il porte un short. Il est plutôt charmant d’ailleurs, j’avais décidemment tout faux! 😀

Quelques minutes plus tard, présentations faites, nous sommes en route à travers les chemins de l’ile -qu’il connait comme sa poche- jusque L’Étacq. Il m’emmène découvrir les champs de la ferme et les honesty boxes que l’on retrouve un peu partout sur Jersey. Il me raconte son histoire, sa vie à Jersey, comment aujourd’hui il gère la ferme avec son père et ses frères. Le Feuvre Farm, c’est la plus grande ferme de l’ile et c’est aussi une histoire de famille. Ils sont la sixième génération à prendre le relai pour produire la fameuse petite pomme de terre de l’ile, la Royal Jersey –et bien d’autres légumes–.

Si vous avez entendu parler de Jersey auparavant, c’est d’ailleurs et probablement pour cette petite patate. On la trouve principalement au Royaume-Uni mais elle est connue pour être cultivée ici, uniquement sur l’ile de Jersey.

Alors pour en revenir au concept des honesty boxes, eh bien c’est franchement chouette. L’idée, c’est d’avoir un peu partout sur l’ile des petits stands où les agriculteurs déposent leur production de fruits, légumes, œufs, fleurs… dans des petits sacs individuels avec leurs prix. Personne n’est là pour surveiller, on fait confiance à Jersey. Les gens peuvent simplement s’arrêter, choisir leurs légumes, déposer l’argent et hop, l’affaire est dans le sac.

Ce qui m’a vraiment plu dans cette rencontre avec Tyrone, c’est la passion qu’il transmet lorsqu’il parle de son métier, mais surtout de son ile. Ce que j’en ai retenu en tous cas, c’est que Jersey, c’est loin d’être ennuyeux, même pour les jeunes générations. C’est un petit bout de paradis où il fait bon vivre même, si j’en crois ses dires. Et je veux bien le croire par ce que j’ai pu voir en trois jours, j’ai vite été conquise par Jersey moi aussi!


Tyrone
Le Feuvre Farm
La Rue D’olive, St Marys, JE3 3BJ

À Le Feuvre Farm, ils utilisent les algues, ramassées sur les plages comme engrais dans les champs. 100% naturel!

Ramasser les petites Jersey Royal, ça se fait aussi sur des terrains en pentes comme ceux-là! C’est loin d’être une tâche facile.

JANE, ambiance marine et céramique

Quand je suis entré dans la boutique de Jane, j’ai commencé à m’imaginer tous les meubles de mon salon sur lesquels je pourrai y mettre une de ses œuvres. Sa boutique est douce et les couleurs sont apaisantes. C’est ici qu’elle fabrique toutes ses créations tandis que ses deux acolytes Jo et xx s’attellent à la peinture de ces dernières. Mais les couleurs de ces poissons, c’est elle qui les choisi chaque matin selon ses humeurs. Elle sort un grand bac de petites pièces de céramique colorées et choisi celles qui lui parlent le plus. La couleur tient une grande place dans son travail qu’elle veut vivant, coloré mais surtout joyeux.

À chaque tempête sur l’ile, elle s’empresse le lendemain avec son mari sur les plages récupérer ce que la mer a rejeté; bouts de bois, coquillages, etc. C’est à partir de ses matériaux qu’elle travaille chacune de ses pièces, qu’elle y ajoutera des formes et du relief.

Chez Jane, chaque pièce est unique. Elle combine le mélange de la céramique et du bois à la perfection. Ce qui m’a le plus impressionnée en fin de compte, c’est que cette voix est une reconversion. Venue tout droit d’Angleterre, elle travaillait autrefois dans le métier des relations publiques. Puis un beau matin, son mari a été muté à Jersey; ils emménagent alors sur l’ile avec leur petite fille de 5 ans.

Ne pouvant plus exercer son métier et étant plutôt occupée avec sa fille, Jane décide de trouver un travail dans lequel elle puisse s’investir tout en ayant du temps pour elle et sa famille. Elle se lance alors dans un cours d’art pendant un an et trouve sa voix; la céramique. 10 ans plus tard, elle a maintenant 2 magasins sur l’ile de Jersey et vend ses œuvres pour plusieurs organisations (piscine, aquarium, écoles…) à l’étranger. C’est inspirant! Ça donne envie de s’y mettre aussi, non?


Jane
Jane James Ceramics Studio
1 Burrard St, St Helier, JE2 4WS

Vous l’avez compris, Jersey c’est aussi ces habitants et leur accueil chaleureux. D’ailleurs, je n’ai pas rencontré que des artisans, mais aussi un couple de français très charmant à l’épicerie de Vicky avec leur petite fille née sur Jersey. Ils ont l’air de bien se plaire dans le coin!

Puis il y a aussi eu James! Il mérite vraiment une petite dédicace dans cet article car il m’a un peu -beaucoup- sauvé la vie! J’ai crevé un pneu sur une petite route de l’ile et je me suis retrouvée dans la panade. En gros, je ne sais pas changer une roue, je l’avoue (#Confession)! En fait, c’est surtout que je n’ai jamais eu à le faire. Puis bon, faut dire qu’il n’y avait pas grand monde sur cette route et il s’est mis à pleuvoir des cordes à ce moment-là. Bref, heureusement, il y avait James! Il m’a changé ma roue et ni une ni deux, j’étais repartie en vadrouille. MERCI James!

Si cet article vous a plu, alors restez dans le coin car dans le prochain, je vous parlerai de tout ces petits coins trop chouettes de l’ile avec tout pleins de jolies photos!

Cet article est le fruit d’une collaboration avec Visit Jersey, que je remercie chaleureusement. Je garde une entière liberté sur ce que je vous raconte!

6 commentaires

    • Violaine dit

      Oh merci Laure-Hélène!!! 😀 Moi aussi je suis plutôt d’une nature timide mais en fin de compte, j’ai trouvé les gens de Jersey très sympa et faciles à aborder! C’est une mentalité différente 🙂

  1. Karinne dit

    Merci pour cet article, super destination Jersey, dépaysante apparemment! Hum et ces homards! J’attends avec impatience la suite de ce joli voyage…

    • Violaine dit

      Merci Karinne! 🙂 La suite sera très bientôt en ligne avec tout plein d’information pour visiter l’ile!

  2. Pingback: SÉRIE PHOTO | Jersey en noir et blanc - Vio' Vadrouille

  3. Pingback: Jersey en 13 coups de cœur: mon Island guide - Vio' Vadrouille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *