2 commentaires

Un weekend génial dans le Périgord

On ne connait jamais assez bien son pays, c’est connu. Et pourtant, la France a beaucoup à offrir en termes de paysages, de découvertes, d’histoire, de patrimoine ou bien encore de gastronomie. Je vous emmène dans cet article à la découverte de la Dordogne.

Le weekend dernier, je me suis rendue dans le Périgord, en Dordogne (région d’Aquitaine). Je ne connaissais que vaguement le coin, je me souviens m’y être rendue étant petite avec ma famille, nous étions alors de passage en camping-car. Mes souvenirs étaient donc lointains et vagues. Mais ce weekend m’a fait (re)découvrir une belle région de France. J’ai rapidement était conquise à la vue de paysages très verts, de châteaux et de bonnes tables.

Retour sur ce weekend périgourdin qui j’espère vous donnera envie à votre tour de découvrir ce coin qui finalement n’est pas si loin de chez vous. S’il vous faut quelques bonnes raisons, en voilà !

CHATEAU DE BOURDEILLES, ENTRE MEDIEVAL ET RENAISSANCE

Première visite de ce joli weekend. Je viens d’arriver dans le Périgord et déjà le temps me ravi, le soleil est au rendez-vous (vous comprenez, je vis en Irlande du Nord à l’année alors…). Le château de Bourdeilles se tient devant moi, au bout d’une petite ruelle ombragée. Je sens que cette visite va me plaire. J’aime bien les vieux châteaux.

Le château de Bourdeilles fait partie des 4 châteaux avec Biron, Beynac et Mareuil qui autrefois représentaient les baronnies du Périgord. Il est en fait composé de 2 châteaux en un, l’un médiéval datant du XIIIème siècle, l’autre Renaissance datant du XVIème siècle.

Les jardins y sont superbes. Si vous êtes courageux alors il vous suffira de grimper les 128 marches du donjon pour arriver en haut de la tour qui vous offrira un panorama splendide sur la région alentour.

LE GRAND ROC, VOYAGE PREHISTORIQUE

Difficile de passer à côté de ces immenses falaises qui bordent la route et surplombent la vallée de la Vézère. Elles sont impressionnantes. On y aperçoit des maisons troglodytes et un peu plus haut, l’entrée de la grotte du Grand Roc, ouverte depuis 1927. Une visite incontournable si vous voulez mon avis, un peu de tourisme sous-terrain pour enrichir les vacances, c’est pas mal non ? !

Dès l’entrée, l’atmosphère est saisissante, on est plongé dans le noir avec pour s’éclairer, quelques lumières incruster dans la roche. Le chemin balisé mène à travers la grotte et ses plus beaux trésors. Des formations cristallisées extraordinaires qui évoluent avec le temps, des stalactites immenses, des formes géométriques… c’est tellement chouette de voir ce que la nature peut produire.

GROTTES DE LASCAUX, DU MYTHE A LA REALITE

Avouez, vous aussi on vous a bassiné étant petit(e)s avec les fameuses grottes de Lascaux, non ? J’en ai beaucoup entendu parler à l’école étant plus jeune et pourtant, je ne m’y étais jamais vraiment attardé. Je ne connaissais pas vraiment son histoire ni rien d’autre d’ailleurs (#momentdeconfession).

Alors en gros, sans vous refaire le cours d’histoire, moi ce que j’ai retenu c’est que la grotte de Lascaux a été découverte en septembre 1940 par Marcel Ravidat alors enfant lorsqu’il se baladait avec son chien Robot et ses copain Jean Clauzel, Maurice Queyroi et Louis Périer. Le chien aurait reniflé un terrier de lapin assez grand qui intrigua le groupe d’adolescent. Ce qu’ils ont découvert ce jour-là, c’est ce qu’on surnomme le « Versailles de la préhistoire », autrement dit la grotte de Lascaux. Un véritable chef d’œuvre laissé par nos ancêtres. Des peintures murales à profusion comme jamais nous en avions vu, un vrai trésor.

Bien évidemment, cette grotte a vite attirée les visiteurs qui ont déboulés par millier de tout le pays et d’ailleurs pour venir voir les peintures murales. Mais dans un milieu aussi fragile, les bactéries se sont vite répandues et ont commencées à endommager les dessins. Ainsi, la grotte originale est aujourd’hui fermée au public et réservée aux scientifiques. C’est ainsi que Lascaux II a vu le jour, celle que l’on peut visiter aujourd’hui.

Lascaux II, c’est une réplique de Lascaux l’original, un fac-similé parfait au centimètre près représentant la partie principale de la grotte. Toutes les peintures ont été reproduites en utilisant les mêmes outils qu’au temps de la préhistoire par une équipe d’artistes; le projet a pris 6 ans à réaliser. Le résultat est incroyable.

Vous pouvez donc aujourd’hui visiter Lascaux II, Lascaux III (une exposition), Lascaux IV (en construction, ouverture 2017) et le Thot, un espace pédagogique que même les grands apprécieront pour en savoir plus sur nos ancêtres et ces peintures intrigantes à souhait.

CADOUIN, L’ANCIEN MONASTERE

J’adore les cloitres! Les abbayes, les vieux couloirs, les colonnes, les courts intérieures. C’est bourré de charme. L’atmosphère qui y règne est reposante, calme. C’est toujours une belle visite à faire, je me souviens d’ailleurs que j’avais beaucoup aimé l’abbaye Sainte-Marie dans les Pyrénées-Orientales. Celle de Cadouin m’a beaucoup plu aussi.

Alors en gros, l’abbaye de Cadouin date de 1115 pour vous situer. C’est un ancien monastère. On y trouve encore quelques fresques authentiques, des sculptures et des visages qui représentent les 7 péchés capitaux (à vous de voir si vous les retrouverez). C’est un chouette endroit, superbe pour les photos!

Je ne l’ai pas testé, mais j’ai entendu beaucoup de bien de l’auberge de jeunesse de l’abbaye! La prochaine fois.

MAISONS TROGLODYTES, A FLANC DE FALAISE

Je n’avais jamais vraiment fait attention à ces maisons auparavant. Des maisons construites dans la pierre, au cœur de la roche. C’est impressionnant vu d’en bas. On se demande comment les hommes ont pu construire ça il y a des centaines et centaines d’années. On en a aperçu quelques une lors de ce séjour, sur la route dans le Périgord au bord de champs de fleurs.

On retrouve d’ailleurs plusieurs sites de maisons troglodytes en Dordogne, notamment le Village de la Madeleine, l’un des plus connu, mais aussi La Roque Saint-Christophe par exemple.

CHATEAU DE BIRON, ESPACE ET PRESTANCE

Le château de Biron, c’est la grande classe. Il est immense. Et vide. Pour cause, beaucoup de familles l’ont détenu les unes après les autres jusqu’à ce qu’il finisse dans les mains des anglais qui l’ont détruit aux XIV et XVème siècle. C’est un château reconstruit de part et d’autre, un peu partout on y aperçoit les empreintes laissées par les générations précédentes, tout le monde y a mis son grain de sel, l’a raccommodé avec son temps.

Les grandes pièces ont été rénovées et aujourd’hui on peut visiter le château et voir ses immenses salles recouvertes de parquets de bois et de mosaïques. La visite vaut le coup d’œil! Il y a plusieurs terrasses d’où l’on peut prendre un peu de hauteur et alors la vue autour du château est magnifique. Lors des jours de clarté (en gros, pas comme sur mes photos), l’étendue de la vue est incroyable. Comme disait René Chapoullié dans son ouvrage sur le Périgord, «en sortant de la forêt, soudain, on remarque, perché sur une butte, massif, dominateur, royal, le château de Biron. La vue s’y étend à l’infini au-dessus des bois, des monts du Limousin aux Pyrénées ».

CARNET DE VOYAGE

Où manger dans le Périgord?
⊙ Restaurants Les Promenades, Lieu-Dit Les Promenades, 24310 Bouteilles

Un petit restaurant situé à Bourdeilles juste à l’entrée du château sur la place. Ici, on prône la cuisine maison faite à partir de produits du terroir. Une petite carte, pas 150 plats au menu mais au moins on sait ce qu’on mange et c’est tout simplement délicieux. Mes papilles ont été plus que ravies (ma balance un peu moins…) !

De bons plats accompagnés de bons vins. Ce qui m’a surpris dans cette cuisine, c’est la petite note de citron vert que j’ai retrouvé dans certains plats, comme dans le fromage frais en entrée par exemple, c’était excellent !

⊙ Les Glycines ****, Hôtel Restaurant & SPA, 24620 Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil

Le paradis ❤ Oui oui, je vous assure ! Les Glycines fait partie de la collection Hôtels & Chateaux Collection. Un établissement magnifique et calme. La halte parfaite pour poser ses valises pour quelques jours. Les chambres sont divines (j’avais un véritable chambre de princesse !), le restaurant gastronomique « Le 1862 » est réputé comme l’une des meilleures tables de la région, il y a aussi un SPA et franchement, la terrasse invite à la détente, le tout avec un verre de vin local.

L’hôtel propose également un restaurant bistro « Le Bistro des Glycines » pour une cuisine plus simple mais toujours aussi délicieuse. Le chef Pascal Lombard propose une cuisine gustative et inventive. Perso, j’ai complètement craqué sur le dessert: un sorbet maison aux herbes du potager, un mélange de persil, coriandre et menthe… un vrai régal!

J’ai eu un gros coup de cœur pour cet endroit et si je devais revenir dans le Périgord (et j’y compte bien !), je sais déjà où aller… .

QUELQUES LIENS POUR PRÉPARER SON VOYAGE
Tous les sites présentés dans cet article font partie du circuit Semitour Périgord qui présente les différents sites du patrimoine du Périgord et quelques idées de visites. Vous pouvez en savoir plus sur leur site ! Ou sinon, rendez-vous sur le site de l’office de tourisme du Périgord!

SE RENDRE DANS LE PÉRIGORD
Par le train, à seulement 3h de Paris ! En voiture, comptez environ 5 h de route ou quand bien même par avion jusque Bergerac. Plus d’excuses pour évincer le Périgord sur la route des vacances.

J’ai eu l’opportunité de vivre ce séjour grâce à un partenariat avec l’agence Article onze et Semitour Périgord que je remercie chaleureusement. Le choix des sujets évoqués et des illustrations sur le blog reste entièrement mien.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *