12 commentaires

S’expatrier au Portugal: le choc culturel inattendu

Être expatrié depuis un long moment ne signifie pas toujours que l’on est « passe-partout » ou que l’on s’adapte rapidement à un nouveau pays. Si vous suivez un peu ce blog, vous êtes donc au courant que je suis une grande expatriée, ayant quitté la France il y a maintenant presque 8 ans.

Après plusieurs expatriations plus ou moins longues, c’est en Irlande du Nord que j’ai posé mes valises pendant 5 ans. Et 5 ans, c’est long : on prend ses marques, on s’habitue à une nouvelle culture, à un nouveau mode de vie. J’ai adoré mon expatriation à Belfast, ce pays m’a totalement conquise (j’en ai même fait un livre !).

***

FLASHBACK

Etant française, l’Irlande du Nord ne fut pas un si gros choc culturel. Il y a certes bien des choses de la France qui m’ont manquées, mais il y en a bien plus qui m’ont ravie de laisser derrière moi. J’ai rapidement pris mes marques en Irlande du Nord : j’ai trouvé les services administratifs étrangement efficaces, des gens chaleureux comme nulle part ailleurs et toujours accueillants, un pays magnifique et surprenant, et même si le soleil manquait souvent à l’appel, je me suis rapidement habituée aux journées maussades et humides, ciré jaune et bottes de pluie toujours avec moi ! Finalement, je n’ai pas du tout ressenti de choc culturel lorsque j’ai déménagé en Irlande du Nord. C’est passé comme une lettre à la poste 🙂

Mais j’ai fini par quitter l’Irlande du NordDepuis août 2018, je suis désormais expatriée au Portugal, cet article est en quelques sortes mon bilan à presque 6 mois de vie ici. J’ai élu domicile dans un petit village au nord de Braga, nommé Pico de Regalados (d’ailleurs toutes les photos de cet article ont été prises à Pico), dans le nord du Portugal. Un peu en campagne mais pas trop: il y a une supérette, une banque, deux sociétés d’assurances -va savoir pourquoi deux-, un café-restaurant, un dentiste… bref l’essentiel. Nous sommes arrivés avec mon conjoint Pedro (il est d’ici oui oui) et notre fils début août, sous un soleil de plomb, genre 50° C à l’ombre.

Lorsque Pedro a émis l’idée de quitter l’Irlande du Nord il y a quelques mois, j’ai d’abord eu du mal à me faire à l’idée de quitter cette belle île d’émeraude, à laquelle je m’étais tant attachée, celle que j’appelais “my home“. Mais après 5 ans à Belfast et 1 an côté République d’Irlande, l’option d’une nouvelle aventure s’annonçait excitante tout de même. Plus que tout, nous avions besoin de ce changement qui était en accord avec nos nouveaux projets de vie. Le Portugal s’est vite imposé comme une évidence; Pedro est d’ici, sa famille y vit et donc c’était plutôt sympa pour notre fils d’avoir du monde autour, et moi, je me suis dit qu’après tout, le Portugal n’était pas très loin géographiquement et culturellement de la France, que cela ne ferait pas vraiment de différence entre Belfast ou Porto. Et c’est là que je me suis trompée…

AFFRONTER LA RÉALITÉ D’UNE EXPATRIATION

Il faut croire qu’après ces 8 ans d’expatriation, je n’ai pas retenu la leçon. Le Portugal fut pour moi un gros choc culturel, même avec plusieurs séjours à mon actif durant les années passées. J’étais si convaincue de savoir à quoi m’attendre que j’ai sauté les pieds joints dans ce qui a détruit mon énergie et mon engouement pour ma nouvelle aventure pendant de nombreuses semaines. Il m’a fallu un certain temps pour m’habituer à ce nouveau “mode de vie” portugais (d’ailleurs, je ne suis pas certaine de m’y être encore faite même après 6 mois).

Puis il a fallu répondre à cette fameuse question posées tant de fois par l’entourage: “Alors, c’est comment le Portugal? La vie est belle au Portugal?“. Cette question qui revient souvent car le Portugal a cette image de “petit paradis” lorsque l’on ne connait la destination que par quelques semaines de vacances.

Je pensais qu’en tant que française, le choc ne serait pas présent mais en réalité, je me suis découverte bien plus nord-irlandaise dans l’âme. Et la différence Irlande / Portugal est bien présente. Et je me la suis prise en pleine face.

Un "espigueiros", une sorte de grenier à grin utilisé autrefois pour stocker les graines. Très courant dans le nord du Portugal!
L'eucalyptus est très présent au Portugal! Malhreusement, il tue tous les autres arbres autour de lui...

LE POURQUOI

Déménager en plein mois d’août clairement, ce n’était pas une bonne idée, du tout. Je suis une fille du nord, et je dois vous avouer que cette chaleur intense n’a pas aidée à mon intégration (imaginez, après 6 ans en Irlande…). Mais bon, j’aurai dû m’en douter. Mea culpa.

À notre arrivée, il nous a fallu camper à droite à gauche pendant un mois: bien que les services en question soient ouverts, c’est le temps qu’il nous a fallu pour avoir de l’eau et de l’électricité chez nous. Nous ne parlerons pas d’internet qui nous a pris presque 2 mois à avoir (ça paraît superflu, mais étant freelance et travaillant depuis la maison, c’est un outil de travail essentiel).

J’ai retrouvé la lenteur des services administratifs et le tas de paperasse qui va avec pour un simple document, j’ai trouvé à mon grand étonnement une population gentille mais très impatiente et surtout très intolérante et je-m’en-foutiste (genre je me gare devant ta porte de garage tous les jours aux heures auxquelles tu as envie de rentrer ou de sortir de chez toi alors que c’est écrit NO PARKING en gros – les gens de mon village ont fait atteindre mon taux de colère à son max, je vous jure #CoupDeGueule). J’ai aussi développé cette haine contre les pétrolettes des années 20 qui circulent si bruyamment sous tes fenêtres jour comme nuit. Enfin, à ma grande surprise, j’ai trouvé une qualité de service très basse et des prix exhorbitants sur des choses de la vie courante.

Finalement, même si la météo est (presque) toujours au beau fixe, ce sont les journées grises de l’Irlande du Nord qui m’ont manquées à mon arrivée. Le soleil et la douceur des maracujas ne font pas tout. 

Je tiens à préciser que c’est une expérience et opinion personnelle. C’est mon vécu, et mon ressenti, mais cela ne veut pas dire que ça serait la même expérience pour celles et ceux qui souhaitent venir s’installer au Portugal. Peut-être ai-je été malchanceuse, ou trop pessimiste. 

Je vous rassure, le Portugal a de jolies facettes que je ne tarderai pas à vous montrer par ici également.

L’expatriation est une aventure à chaque fois, il ne faut pas se méprendre. Ce n’est pas un outil que l’on acquiert et que l’on peut réutiliser avec aise à chaque fois. Chaque expatriation est différente, chaque pays est différent, peu importe d’où l’on vient et où l’on va. Il faudra tout réapprendre. Il faudra prendre de nouvelles marques, de nouveaux repères, et ça, ça prend du temps.

Et vous, une expatriation en particulier pour laquelle vous avez eu du mal contrairement à vos attentes ? Racontez-moi !

VOUS ÊTES SUR PINTEREST? MOI AUSSI!

Epinglez cet article dans vos tableaux pour le garder bien au chaud 

12 commentaires

  1. Oh … C’est vrai que ce doit être un tel contraste après l’Irlande ! L’hiver t’aidera peut-être à t’acclimater plus en douceur … Ceci dit, j’aime beaucoup tes photos, les lumières sont très belles !

    • Violaine dit

      Oui, gros contraste ahah Je m’acclimate doucement, mais je suis sûre qu’avec le temps ça ira mieux. De plus je déménage bientôt dans une ville très sympa du Portugal, j’en parlerai plus bientôt sur le blog 🙂 Merci pour ton commentaire Aurélia! Et merci pour les photos 😀 Les lumières de fin de journée d’été au Portugal sont superbes!

  2. Mes parents se sont installés en avril dernier au Portugal, à Al Cochete exactement à 20minutes en voiture de Lisbonne. Je leur ai rendu visite en décembre pour les fêtes pour la première fois. Je connaissais déjà Porto mais ce fût tout. Leur cuisine est très grasse je trouve. Les gens sont plutôt serviables je trouve. Mais je ne suis pas tombée amoureuse de ce pays comme d’autres avant moi. D’ailleurs, tu as raison, j’ai remarqué que les portugais sont plus cons que les parisiens en voiture (et j’habite Paris). Pour rien au monde, je n’y habiterais. Il y a quelque chose de tristounet là-bas auquel je ne m’attendais pas du tout.

    Bref, j’espère que ça va aller pour toi.

    • Violaine dit

      Merci pour ton commentaire Ornella, ça me fait plaisir de lire que je ne suis pas la seule à penser que les portugais ne savent pas conduire ahaha Non mais sérieux, en 10 ans de conduite partout dans le monde je n’ai jamais eu d’accident, et en 6 mois au Portugal je me suis faite rentrée dedans 2 fois parce que les gens te font des queue de poisson extreme et recule sans même tourner la tête! C’est du n’importe quoi, je te rejoins sur ce point! ^^
      J’ai aussi encore du mal avec la cuisine traditionnelle type gros plat (trop gras en effet), mais il y a de très bonnes patisseries 🙂
      C’est pas évident, tes parents s’adaptent bien? Moi il va me falloire du temps je crois… ahah!
      A bientôt!

  3. C’est intéressant, j’ai longtemps pensé que si je devais vivre ailleurs, le Portugal serait le meilleur endroit!

    • Violaine dit

      Merci Anne pour ton commentaire. Je crois qu’on se fait une image bien différente du Portugal. C’est un très bel endroit je ne dis pas le contraire, mais c’est plus difficile qu’on ne le pense ou qu’il ne parait. Mais il y a aussi de très jolies facettes ici, et comme je l’indiquais dans l’article, c’est peut-être uniquement mon expérience… mais j’en parlerai plus dans différents articles à venir 🙂 Pour voir si ça s’améliore 😉

  4. Salut Violaine !
    Cela fait bien longtemps que je n’ai plus échangé avec toi, mais je continuais à suivre ton blog et tes projets du coin de l’œil !
    Effectivement, j’imagine le décalage entre Portugal et Irlande et la capacité d’adaptation que ça demande ! Chapeau d’avoir pris tous ces changements à bras le corps, je pense que le fait d’être en famille a dû quand même être un réconfort… Je te souhaite que 2019 apporte plus de douceur, et d’agréables surprises portugaises (ou des escapades ailleurs pour respirer un autre air) pour que tu puisses t’accommoder de ta nouvelle vie !
    Quant à moi, après l’Angleterre (c’est à ce moment-là qu’on s’est croisées, lors d’un voyage que je faisais en Irlande, en avril 2015), un retour en France pour finir mes études, six mois au Chili en 2017 puis à nouveau un retour en France, je prépare doucement un départ sans billet de retour pour le Chili en 2019. Tout est à faire : trouver la date, le billet, un emploi… Et c’est à la fois grisant et flippant. Bon je ne pars pas complètement vers l’inconnu, je suis franco-chilienne, et je connais déjà le pays, j’y ai vécu quelques mois, donc je sais dans quoi je mets les pieds (je me reconnais notamment dans le choc que tu décris en ce qui concerne l’administration… ce qui m’attend au Chili ressemble beaucoup à ce que tu vis au Portugal !). Mais c’est quand même la première fois que je partirai sans savoir quand je reviendrai, et ça, ça donne un peu le vertige. 🙂
    À bientôt par ici !
    Anaïs

  5. Salut! Très intéressant ton article! Je suis belge d’origine portugaise et j’ai vécu 2 ans à Porto, pour mon master. Et je te comprends totalement. J’ai beau avoir été élevée dans un mix de culture portugaise/belge/indonésienne, j’ai eu un gros choc en arrivant à Porto. J’ai détesté l’administration portugaise, les mecs qui crachent par terre, le je-m’en-foutisme général et… la morosité des gens. C’est vraiment quelque chose qui est resté gravé dans ma mémoire. Mon fiancé à vécu la même expérience (il vivait à Bragança, la vraie campagne) et c’était encore pire pour lui vu qu’il est allemand (et les portugais sont super anti-allemands depuis la crise économique). Bref, nous étions heureux de quitter le Portugal pour aller nous installer en Allemagne 😀
    Nous y retournons volontiers pour des vacances (longues ou courtes) mais y vivre ? Plus jamais.

    • Violaine dit

      Merci pour ton commentaire Alex! Il est hyper intéressant, mon conjoint est de famille portugaise, mais il est né et a grandit en Allemagne jusqu’à ses 15 ans (en gros, il est complètement allemand de mentalité ahah) et lui-même n’était pas revenu au Portugal depuis 7 ans et a du mal à s’y faire.
      Bragança le pauvre… j’imagine que ça n’a pas dû être facile. En tous cas ton commentaire me conforte dans l’idée que ce n’est pas que moi, j’avais peur d’être juste trop pessimiste mais je me rend compte que beaucoup ont la même impression.
      C’est marrant on a longuement hésité entre l’Allemagne ou le Portugal après l’Irlande, et aujourd’hui on se dit qu’on va tenter l’expérience Portugal mais avec un petit fond de regret quand même de ne pas avoir opté pour l’Allemagne direct.
      Comme tu dis, je crois que c’est une super destination de vacances, mais y vivre est tout autre chose… j’attend de voir la suite! 🙂

      • Bah francheent, venez en Allemagne, on y est bien mieux haha 😀
        Courage pour les moments difficiles mais quoiqu’il en soit, je suis sure que vous vivrez de belles aventures au Portugal (ou au moins, une fois le soleil revenu). C’est un vrai plaisir d’avoir découvert ton blog en tout cas!

  6. Oh! Toi qui étais si bien à Belfast! Je suis désolée de lire que tout n’est pas rose (et trop chaud! ) J’espère vraiment qu’une fois le choc passé, tu trouveras certains éléments positifs. Je te touhaite une année 2019 plus agréable et reposante!

    • Violaine dit

      Hello Marie-Julie! Oui, en effet, autant te dire que ces derniers temps, l’Irlande me manque…! Mais bon, je reste positive et je me dis qu’avec le temps, je vais m’adapter (enfin j’espère!). J’ai déjà trouvé des éléments positifs qui améliorent le quotidien 🙂 Je te souhaite une très belle année 2019 à toi aussi Marie-Julie, merci! 😀 A bientôt, j’espère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *