3 commentaires

Voyage en Dalmatie Centrale #2

Il y a quelques temps, je vous parlais sur le blog de la Croatie. D’une région plus retirée, moins exposée aux touristes, la Dalmatie Centrale. Je vous emmenais dans des petits villages, de petites îles et vous donnais un aperçu de la culture locale. J’ai eu l’occasion de découvrir cette région de l’Europe à l’automne dernier, et je dois dire que j’ai été surprise. Voici maintenant la seconde partie de ce carnet de bord/itinéraire d’un voyage en Dalmatie centrale.

Vrgorac, le long de la rivière Matica

Dans la région de Vrgorac, ce ne sont que des plaines, des vallées riches en fruits et la rivière Matica qui la traverse. Un sentiment de quiétude complet, le calme, la vie à l’air paisible ici.

Lorsque j’ai mis les pieds chez Dragica et Zeljko, je me suis dit : « C’est ici que j’aurai aimé passer mon séjour ! ». Un petit coin de paradis tout simplement. Leur maison familiale a été transformée en gîte où ils accueillent désormais les voyageurs. Zeljko s’occupe du vin, du miel, de leurs productions fermières et de la maintenance, Dragica elle, elle s’occupe des bons petits plats qu’ils offrent à leurs hôtes. À la maison Borovac, tout est fait maison, jusqu’aux jus de fruits ! Un vrai régal.

Après un bon déjeuner et quelques verres de vin (il fallait bien gouter !), me voilà en direction de la rivière Matica sur laquelle je vais tester la barque de Neretva, une jolie barque traditionnelle bleue en bois typiquement croate. On l’appelle ainsi car c’est sur la rivière Neretva que chaque année se tient le marathon des barques (en août), une course longue de 22,5 kilomètres qui relie Metkovic au port de Ploce, l’évènement de l’année en Dalmatie du sud rassemblant des gens de tout le pays dans la région depuis un peu plus de quinze ans maintenant. C’est aussi sur la Neretva que l’on utilisait la barque autrefois pour transporter des marchandises, le nom est finalement resté.

Ma journée se terminera par la visite de l’éthno village de Kokorici, sur les hauteurs au cœur des montagnes. L’éthno village est encore en construction, son propriétaire travaille dur afin qu’il soit bientôt prêt à accueillir de nombreux visiteurs dans la région qui manque sérieusement de capacité d’hébergement. A mon arrivée, des couples vêtus de costumes traditionnels croates dansent sur un air entrainant.

*Note: Je vous parle plus en détails de la région de Vrgorac sur le blog de Fabrice Instinct Voyageur, par ici !

À OMIS, L’ADRÉNALINE MONTE

Je me souviens être sur la route qui descend depuis le parc régional naturel du Biokovo. La route est sinueuse, bordée d’un côté par les hauts sapins verts et de l’autre, le vide, la mer. Du vert et du bleu, des couleurs vives et devant, au loin, Omiš. A l’embouchure de la Cétina, Omiš est une petite ville d’environ 7000 habitants coincée entre les montagnes, la mer et la rivière. Elle s’est installée là de chaque côté de l’eau comme elle a pu, elle a tentée d’occuper la place qu’elle pouvait. Sur les falaises, elle a installé un château. Car oui, Omiš est une ville de pirate, elle était autrefois une des plus redoutée de la méditerranée.

Nous sommes en direction de notre hôtel, la Villa Dvor, lui aussi juché sur une falaise avec un superbe panorama sur la ville pour y déposer nos valises. J’aime l’entrée de l’hôtel, un peu original. On entre par un tunnel creusé dans la montagne, au bout, un ascenseur. Transparent, ce dernier nous élève dans la montagne et en haut, la réception. Les chambres sont petites, jolies, simples et avec vue sur la ville et la mer.

Omiš est une escale idéale pour les amateurs de baignade mais surtout de vacances sportives. Canoë, kayak, escalade, VTT, zip line… etc, il y en a pour tous les gouts ! J’ai moi-même essayé le zip line. Je ne vais pas vous mentir, j’étais peu fière au début. De mes deux compagnons de voyages – Bernard et Doris – seul Bernard se laisse lui aussi tenter par l’aventure extrême (enfin, extrême pour moi en tous cas !). Je m’imagine déjà glisser sur ce grand câble entre les montagnes à toute allure, les pieds dans le vide et je me dis que je ne pourrai pas le faire – si vous suivez le blog depuis suffisamment longtemps, vous n’êtes pas sans savoir que le vide et moi, on n’est pas super copains -. Mais l’Indiana Jones qui sommeille en moi refait surface et je décide de quand même tenter cette expérience, sinon je sais que je vais le regretter. Nous partons en 4×4 avec le guide jusqu’au point de départ où l’on s’équipe de harnais, de casques, de gants et tout l’attirail nécessaire.

Heureuse comme pas deux, j’apprends que pour le premier câble, je pourrais être accompagnée. « Le premier câble ? Comment ça ? Non mais attendez, il y en a plusieurs ??? ». Mais oui ! Ce sont 8 câbles que l’activité propose. Histoire de redescendre la montagne jusqu’en bas. Mais, je ne regrette rien ! Le premier est peut-être effrayant, mais le reste, c’est juste génial ! Je profite de chaque instant dans le vide, j’admire les paysages, la vue sur la rivière Cétina, les montagnes et au loin la ville. J’ai l’impression de voler.

*Note: Je recommande –même aux plus trouillard(e)s- de tenter l’activité, c’est vraiment super – je n’ai pas fait de photos, j’avais trop peur ahah! Mais en gros ça donnait ça…

J’ai eu l’opportunité de vivre ce séjour grâce à un partenariat avec l’Office National Croate de Tourisme, que je remercie chaleureusement, ainsi que Fabrice du blog Instinct voyageur sur lequel vous pouvez retrouver mes articles de la Croatie. Le choix des sujets évoqués et des illustrations sur le blog reste cependant entièrement mien.

3 commentaires

  1. J’ai été à Omis l’été passé aussi :). Je savais pas que c’était autrefois une ville de pirates, c’est trop cool !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *