18 commentaires

Road trip en Estonie : petit guide pratique

Alors que ma sœur et moi décidions, il y a quelques années, de faire ce road trip en Estonie, notre itinéraire s’est vite arrêté sur certains lieux de l’ouest du pays. Nous n’avions pas énormément de temps (5 jours) et voulions favoriser l’ouest en petite partie, le but n’étant pas d’en faire le plus possible en peu de temps mais plutôt de profiter des paysages et du pays.

Nous avons mis les voiles depuis Tallinn vers le sud de l’Estonie pour un road trip de découverte !

Première étape : Pärnu

Pärnu, c’est la station balnéaire de l’Estonie. J’avais envie de partager ce bout de mon passé dans cette ville côtière estonienne avec ma sœur et cette étape était un incontournable pour notre road trip en Estonie. Ce fut le symbole de mon retour vers cette ville qui compte beaucoup à mes yeux.

Pärnu, j’ai appris à l’aimer. J’y ai habité pendant deux ans (2012-2013) et pour être tout à fait honnête, j’ai détestée cette ville pendant un moment. Enfin, pas la ville, mais son hiver long et difficile, glacial, sombre et venteux qui m’a plombé le moral plus d’une fois.

A l’époque, j’étais étudiante à l’université de Tartu, mais dans un bâtiment délocalisé à Pärnu en bord de mer. J’étudiais le management du bien-être et de la santé en milieu touristique, alors forcément, l’endroit était bien choisi. Je passais mes journées à l’université, il faisait nuit le matin en partant, nuit le soir en rentrant. Le tout avec un froid glacial qui vous gèle le visage à tel point qu’il vous est impossible de discuter avec votre camarade d’à côté, votre mâchoire et vos joues ne fonctionnent simplement plus.

La routine, le froid, cela ne me donnait plus envie de sortir et de pointer le bout de son nez dehors. J’avais perdu le gout de l’aventure. Pärnu est une station balnéaire et en hiver, c’est clairement déserté. Seuls les locaux viennent y faire du ski sur la plage (si si !), du kite sur glace ou bien encore de la marche nordique. La plupart des commerces et restaurants sont fermés, seuls les hôtels et les spa restent ouverts.

J’ai mis du temps à m’habituer à cette ambiance glaciale (dans tous les sens du terme). Je jetais sur Pärnu un regard déçu, désappointé et finalement dépourvu de savoir et de réalité. J’avais en face de moi une ville magnifique et pleine de ressources, froide certes, mais accueillante lorsque l’on commence à la connaître, et je n’ai pas su le voir.

Le temps a passé, j’ai terminé mon diplôme et j’ai quitté l’Estonie avec le regret de ne pas en avoir suffisamment profité, de ne pas avoir réalisé plus tôt à quel point elle avait à m’offrir. Je l’ai jugée trop vite et je me suis trop attardée sur son apparence, mais ce road trip, revenir quelques années plus tard, ce fut absolument génial !

Je suis retournée en Estonie à plusieurs reprises depuis la fin de mes études. Chacun de mes séjours d’environ une semaine m’ont donné le temps de découvrir des endroits de la ville que je n’avais jamais exploré. J’ai pris le temps et goût à la découverte de Pärnu, et je n’ai plus de regrets. Seulement l’envie d’y retourner encore et encore, inlassablement.

Lors de mon road trip automnale avec ma sœur, il était clair qu’elle serait sur la carte et que l’on y ferait un crochet. Montrer l’Estonie à ma sœur sans lui montrer Pärnu, c’était comme visiter la France et ne pas manger de croissant (on se comprend, pas vrai ?).

Alors nous avons fait étape pour deux jours lors de notre road trip en Estonie. On a mangé dans mon café préféré (Supelsaksad), on est allé se balader à la plage, on a exploré les longues avenues qui sortent du centre-ville et sur lesquelles on y trouve des maisons en bois incroyables, et enfin on a dormi à l’hôtel Hedon & Spa que je rêvais de voir ouvert et terminé (j’ai suivi sa construction pendant longtemps sans jamais avoir la chance de pouvoir y aller !).

Deuxième étape : l’île de Muhu

Muhu, c’est une petite île de 198km² et 2000 habitants au caractère bien trempé. Autrefois, Muhu était connue pour ses artisans ambulants qui travaillaient sur ​​le continent dans le secteur de la construction. Ce sont d’ailleurs ces artisans qui ont donné à l’Estonie son seul et unique style architectural que l’on peut admirer partout dans le pays.

On fait vite le tour de l’île, qu’on se le dise et pourtant on y prend du plaisir. Hormis la route principale qui traverse l’île et mène à Saaremaa, les routes, ou devrai-je dire chemins de Muhu sont déserts. En pleine nature. Des forêts de sapins, des champs ; l’île est romantique et invite certainement à la détente. Ici, lorsque l’on s’arrête un instant pour tendre l’oreille, il n’y a pas un bruit, sauf ceux de la nature. Le silence absolu, et ça fait un bien fou !

C’est donc au gré des vents que nous avons sillonnées les routes de Muhu. Nous avons d’abord traversée l’île en longueur, histoire d’avoir un aperçu général, puis nous sommes revenu sur nos pas par les petits chemins, d’abord par l’est, puis par la côte ouest.

On a roulé, roulé et admiré de supers paysages. Il nous fallait découvrir Muhu lors de ce road trip en Estonie. J’étais déjà venu sur Muhu il y a quelques années, mais uniquement pour visiter le Manoir Padaste, le seul hôtel 5 étoiles d’Estonie. D’ailleurs, je recommande la propriété pour un séjour : le manoir est magnifique, restaurant étoilé et mesdames (enfin messieurs aussi, mais surtout mesdames), n’hésitez pas à faire un tour au SPA ! C’est une merveille, tous leurs soins sont faits avec des produits naturels et 100% locaux.

L’île de Muhu regorge de petites maisons, souvent des fermes portant chacune un nom qui leur est propre. Les portes sont toutes colorées avec des motifs estoniens, dont je suis absolument fan !

Pour notre part, nous avons décidé de séjourner à la ferme Lalli Toomaa de Jukka et Liina, trouvée sur AirBnB. Ce fut une véritable surprise et un séjour absolument divin. Jukka et Liina sont un couple de finlandais d’une gentillesse incroyable, venu s’installer en Estonie il y a plusieurs années.

Ils vivaient à Pärnu avant d’emménager à Lalli Tooma. Marre de leur vie routinière et citadine sur le continent, ils ont tout plaqué pour acheter cette ferme dont ils s’occupent maintenant. Ils élèvent des animaux, font des produits maison qu’ils vendent également et proposent plusieurs chambres sur AirBnB. L’ambiance de la maison est chaleureuse et conviviale : feu de bois, odeur de confiture et tapis à motifs typiquement estoniens. J’aime cet endroit ! C’est comme être de retour à la maison après quelques années d’absence.

Après une visite de leur ferme au petit matin, nous avons regagner le port pour attraper le ferry. Il faisait un froid de chien, tout était gelé et l’île était recouverte d’un manteau blanc qui scintillait avec les premiers rayons de soleil ce jour-là.

Comment se rendre sur l’île de Muhu ?
Depuis Virtsu, sur le continent : Ferry Tuule Laevad, départs toutes les heures.
Possibilité de mettre la voiture sur le ferry, compter environ 25 euros aller/retour. 45 minutes de traversée. Possibilité de manger/boire quelque chose sur le ferry.

Troisième étape : la ville d’Haapsalu

Depuis Pärnu, nous avons continuer ce road trip en Estonie et avons pris la route pour l’île de Muhu, puis après un séjour sur cette petite île perdue, nous avons repris le ferry et pris la direction d’Haapsalu. Depuis Viru, Haapsalu n’est plus loin. Je n’y avais jamais mis les pieds mais entendu que du bien des locaux sur cette petite ville côtière. Et ce fut une belle surprise en effet.

J’ai adoré Haapsalu. Je me suis dit que j’aimerai revenir en été car à l’automne, Haapsalu est calme et colorée, mais je suis curieuse de voir le monde qu’elle doit attirer aux beaux jours et de voir les couleurs du lac au coucher du soleil.

Haapsalu n’est pas bien grande. Nous avons garé la voiture au centre-ville et décidé de faire le reste à pied. Notre instinct a été plutôt bon et nous a mené tout d’abord vers le château. De là, nous avons décidé de filer vers ce que l’on apercevait au loin, au fond d’une ruelle, de l’eau. Un lac immense, un petit kiosque en bois, des bancs : le paysage était tellement pittoresque ! Haapsalu est vraiment belle, j’ai adoré ses vieilles maisons de bois pastel sur les rives du lac.

UNE BONNE ADRESSE
Müüriääre kohvik, un petit café sympa où l’on mange bien, très bon rapport qualité-prix et ambiance cosy!
Karja 7, Haapsalu, 90502, Estonie

Pas fait, mais sûrement à faire à Haapsalu
Le musée des Suédois d’Estonie (Rannarootsi muuseum). Sadama 32.
Ouvert tous les jours sauf lundi et mardi de 10 h à 18 h de mai à août, et de 11 h à 16 h de septembre à avril. Entrée payante.

Le musée représente l’héritage de la communauté suédoise. Tout cela retranscrit à travers une collection de costumes brodés et de journaux publiés à Haapsalu en langue suédoise. On y trouve également une tapisserie longue de 22mètres racontant l’histoire des Suédois d’Estonie, réalisée en 2002 par les membres de l’association du musée.

Quatrième étape : le parc régional de Soomaa

Depuis Haapsalu, nous avons filé vers le parc régional de Soomaa. Ce parc est une petite merveille. On dit de lui en Estonie qu’il est un repaire légendaire des sorcières et des feux follets, une zone sauvage.

Visiter Soomaa n’est pas évident, il faut d’abord se repérer dans le parc et savoir où aller pour trouver les bons spots. Tout d’abord, l’idéal est de se rendre à Tõramaa, le principal village du parc. Vous y trouverez un centre d’information (ouvert tous les jours en été). Pour ceux qui souhaitent y faire de la randonnée, le lac Öördi offre de jolies balades.

On peut aussi visiter le parc en canoë sur la jolie Nevesti depuis Jõesuu lorsque la cinquième saison s’installe (oui, il y a une cinquième saison à Soomaa, avec la fonte des neige, le parc est inondé et se visite alors sur l’eau). Les canoës ici sont appelés les « haabja », ils sont creusés dans un tronc entier de hêtre depuis les temps finno-ougriens et fabriqués à la main.

*Note: Soomaa dispose de plusieurs hébergements sur place, vous pouvez également réserver un guide, y faire du camping… toutes les informations pratiques sont sur leur site.

Quelques pistes pour se loger en Estonie 

Booking.com

18 commentaires

  1. Je ne connaissais pas cette toute petite île, à vrai dire on connait assez peu l’Estonie tant que l’on ne s’y intéresse pas en particulier, je crois que tu es la seule dont je lis des billets sur l’Estonie d’ailleurs. Sympa dans ton autre “chez toi”, je suis sûre que cela me plairait, de la nature et du calme 😀

  2. J’adore, ça me rappelle de vieux mais très bons souvenirs!! J’ai vécu un an et demi à Tartu, peut-être es-tu passée par là? Très belles images!
    Head uut aastat 😉

    • ViolaineVM dit

      Merci Élodie!
      Je connais bien en effet, j’étais étudiante à l’université de Tartu mais localisée sur Pärnu.
      Je me rendais à Tartu régulièrement tout de même! 🙂

  3. Je découvre totalement cette petite île! Je comprends que tu lui trouves du charme… Un petit endroit hors du monde.

  4. Génial d’avoir mis là ou on peut dormir. Ca a l’air vraiment génial. De plus l’Estonie est un pays méconnue. Tes photos donnent envies 🙂

    Ca a l’air vraiment calme et reposant.

  5. Je n’ai jamais entendu parler de cette île qui me paraît bien jolie…
    Et je n’avais jamais envisagé de visiter l’Estonie d’ailleurs, ce qui me paraît être une erreur à laquelle remédier bien vite !

  6. Oua oua oua!! Ces photos!
    Ca a l’air super sympa en tout cas, c’est comment comme pays?

    Merci pour l’idée en tout cas 😉

    • ViolaineVM dit

      C’est super chouette 🙂 n’hésites pas à y aller! tu ne seras pas déçue! 100% nature et paysages sublimes 🙂

  7. Pingback: Ça faisait longtemps, Riga - Vio' Vadrouille

  8. Pingback: Road trip en Estonie #2: d'Haapsalu à Soomaa - Vio' Vadrouille

  9. Pingback: Road trip en Estonie #3: Pärnumaa - Vio' Vadrouille

  10. Pingback: Tallinn en quelques incontournables - Vio' Vadrouille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *