| | |

Visiter l’Ulster American Folk Park à Omagh

On file dans le comté de Tyrone aujourd’hui sur le blog, à la découverte de l’Ulster American Folk Park. Il s’agit de l’un des 4 musées nationaux de l’Irlande du Nord, et mérite amplement un détour dans ce petit comté du pays.

J’ai découvert l’Ulster American Folk Park lors de mes recherches pour mon livre sur l’Irlande du Nord. Je n’y avais jamais vraiment songé lors des mes 5 années de vie à Belfast, et pourtant ce fut une très jolie découverte. Et puis quelle bonne raison pour se rendre le comté de Tyrone, un comté encore totalement méconnu et juste parfait pour un weekend nature loin des foules.

Le musée retrace l’histoire de l’émigration irlandaise : on y retrouve les raisons pour lesquelles des milliers d’entre eux ont décidé de partir vers l’Amérique, en quête de nouvelles opportunités. La visite du musée nous transporte au cœur de l’existence de tous ces gens qui ont été poussés vers l’exode par la famine.

Un épisode douloureux de l’histoire des irlandais, et une visite aujourd’hui essentielle pour comprendre une partie importante de l’histoire de irlandaise.

Campbell House, construite en 1786.

Visiter l’Ulster American Folk Park dans le comté de Tyrone

L’Ulster American Folk Park est un véritable musée à ciel ouvert. Niché au fond des campagnes d’Irlande du Nord, on y retrouve une reconstitution de très belles maisons anciennes, des cottages, des commerces d’antan.

Pas moins de 30 maisons et autres sites ont été reconstitués pour cet écomusée ! On retrouve, dans chacune d’entre elles, des personnes en costume d’époque qui vous racontent et qui reproduisent les tâches quotidiennes de la vie d’antan. Chaque habitation nous permets alors de comprendre un peu mieux la vie des irlandais et les conditions difficiles à cette époque.

Le musée est divisé en plusieurs étapes avec une première découverte des habitations de l’époque en Irlande, puis un passage sur une reproduction d’un bateau utilisé par les migrants vers l’Amérique. Passé la rue commerçante et le bateau, on retrouve alors des reproductions de la vie des migrants aux Etats-Unis.

Quelques exemples d’habitations

Sur les photos ci-dessous, on retrouve une reproduction de la Single Room Cabin, dans laquelle (difficile à croire mais vrai) les familles vivaient jusqu’à 6 ou 8 personnes. Une seule pièce pour tous. Ce type d’habitation était principalement habitée par des familles de fermiers très pauvres.

On y voit aussi le Weaver’s Cottage, le cottage du métier-à-tisser dans lequel hommes et femmes passaient de longues soirées à tisser des fils de lin pour en faire du tissu. Ce cottage est une réplique d’une maison de tisserand, une habitation à double-usage où les familles conjuguaient vie familiale et travail.

Dans cette étape du musée, on retrouve une personne en costume d’époque qui, elle aussi, est au métier-à-tisser. En plus de la démonstration, on y apprend que les maisons des tisserands devaient être propres car le lin était facilement gâché par la suie. Elles étaient également bien éclairées pour que le tisserand puisse voir pour réparer les fils cassés.

Cette petite cabane en bois n’est autre que d’une Springhouse. Ces maisons de bois, généralement construites au-dessus de la source familiale, permettaient de conserver l’eau propre et la nourriture fraîche.

Cette reproduction est celle d’une source faisant partie d’une ferme près de Bakerstown en Pennsylvanie. Elle appartenait à Abraham et Nancy Glasgow Cunningham, émigrés d’irlandais arrivés en Pennsylvanie en 1810 .

Ici la ferme de Pennsylvanie, une réplique exacte de l’habitation de six pièces dans laquelle Thomas Mellon et sa famille vivaient. La maison originale est toujours dans la ville d’Export, en Pennsylvanie ! Cette ferme en rondins est typique de celles construites par les colons permanents du Nouveau Monde.

Enfin, on retrouve sur la photo ci-dessous une reproduction d’une maison en rondins de trois pièces à Clarksville en Pennsylvanie. Celle-ci a accueilli Uriah et Marinda Hupp et leurs douze enfants, une famille d’origine allemande.

La lecture vous a plu ? Je vous laisse visiter l’Ulster American Folk Park par vous-même pour y découvrir toutes les habitations et leur histoire fascinante.

Le comté de Tyrone est vraiment incroyable et mérite le détour lors d’un voyage en Irlande du Nord, croyez-moi ! Vous retrouvez d’ailleurs l’Ulster American Folk Park dans mon livre Irlande du Nord : incontournables et itinéraires.

VOUS ÊTES SUR PINTEREST ? MOI AUSSI !

Epinglez cet article dans vos tableaux pour le garder bien au chaud 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *